Dans le domaine du vivant, la mise en quarantaine consiste à isoler un individu susceptible d’être porteur d’une maladie ou infection pendant quarante jours pour qu’il déclare ladite maladie ou infection. Au pire, il en meurt et on est certain qu’il n’est plus trop dangereux pour le reste du monde.

Cette pratique barbare n’existe pas en électronique. Un objet fonctionne, ou non, point barre.

Encore que…

Chaptire I : Etrange …

Il y a quelques années, un bon vieux portable IBM (un X30!), était totalement FUBAR*. Lassé, je l’ai laissé dans un coin de mon atelier pendant quelques mois, je lui faisais la tête, notre couple battait de l’aile, mais il ne voulait pas retourner non plus chez sa mère …

X30, je t'aime moi non plus...

X30, je t’aime moi non plus…

Un beau jour, quelques mois après notre dispute, j’ai décidé de lui reparler, lui demander ce qui n’allait pas, de ne plus faire la tête, que j’allais m’occuper de lui comme il faut. Là, j’appuie sur le bouton « Power » et … il s’alluma ! Comme si de rien n’était ! Nickel, comme neuf, bref : la fête.

Chapitre II : Damned !

Ce concept de quarantaine s’est représenté ce matin. Mon téléphone (un vieux Galaxy S que j’adorai) commençait à dérailler du tactile, il tapotait tout seul n’importe où, envoyait des SMS tout seul avec des messages corrigés automagiquement, lançait l’appareil photo dans ma poche etc.  Je décidai donc de l’abandonner dans une caisse à matériel inutile, pour le remplacer par un Huawei tout aussi peu efficace bien que neuf.

Galaxy S, la preuve de la quarantaine

Galaxy S, la preuve de la quarantaine

Ce dernier a décidé de se suicider l’écran en jouant les iPhone6 : plié dans la poche arrière de mon jean alors que je faisait du vélo : quelle idée ?!  Je décidai donc de ressortir l’ancien pour regarder s’il y avait encore quelque chose à en tirer. Miracle : il refonctionne à merveille. Certes un reset complet des caches/dalvik/applications a été opéré (mais déjà maintes fois avant sa mise au rebus), mais nous refilons de jolis jours heureux tout les deux.

Je vais même lui offrir une petite pochette pour me faire pardonner….

Conclusion

La quarantaine matérielle existe. Pour de vrai. Cette expérience a été vérifiée avec d’autres composants : des EEEpc, des machines à coudre (toute analogique), des synthés…

Alors, chez vous aussi, adoptez la Quarantaine attitude : dans un coin de chez vous, placez une boite dans laquelle vous abandonnerez temporairement vos machines capricieuses, et n’oubliez pas de les ressortir quelques temps après, quand vous ne serez plus fâchés (j’imagine que c’est un point important….)

 

* FUBAR : terme de l’armée américaine : « Fucked Up Beyond All Réparation » ce qui se traduirait pour l’armée française en par « Cet appareil est toujours toujours déglingué malgré les heures passées dessus à essayer de le réparer.«